Statistiques

Des efforts constants pour renforcer le positionnement de la région

Forte de ses nombreux atouts, notamment sa riche histoire, sa position géographique et sa vaste étendue territoriale, la région de Drâa-Tafilalet aspire à améliorer ses potentialités économiques et culturelles pour occuper une place privilégiée parmi les douze régions du Royaume.

Avec ses quatre provinces, Errachidia, Ouarzazate, Midelt et Tinghir, la région s’étend sur une superficie de 128.592 km2, avec 25% de la population concentrée à Errachidia.

Au nord, Drâa-Tafilalet est délimitée par les régions de Fès-Meknès et de Béni Mellal-Khénifra, à l’est par la région de l’Oriental et l’Algérie, à l’ouest par les régions de Marrakech-Safi et de Souss-Massa, et au sud par l’Algérie.

Connue pour son climat subsaharien avec de faibles précipitations irrégulières, la région regorge toutefois de plusieurs potentialités naturelles et culturelles qui la distinguent des autres régions. Des potentialités appelées à être valorisées et bien exploitées pour la promotion de la région et le renforcement de son économie, surtout qu’elle compte une population de près de 1,63 million d’habitants (4,8 % de la population du Maroc).

La région de Drâa-Tafilalet est habilitée à devenir, à la faveur de l’étendue de sa superficie géographique, l’une des plus importantes régions économiques du Maroc, vu que la densité de la population s’établit à 14  habitants/km2 seulement (47 habitants/km2 au niveau national).

Une perspective réalisable étant donné que la région de Drâa-Tafilalet a contribué à hauteur de 4,8 % au Produit intérieur brut (PIB) au titre de l’année 2016, et figure parmi les régions ayant enregistré des taux de croissance plus élevés que la moyenne nationale (1,1%) avec un taux qui a atteint 4,2 %.

Outre ces atouts, l’action doit être renforcée en vue d’une meilleure mise à niveau territoriale de la région surtout que le taux d’urbanisation est de 34% (61% à l’échelle nationale), tout en prenant en considération la prédominance de l’aspect oasien sur sa superficie globale. Ainsi, les oasis au niveau de la région s’étalent sur une superficie estimée à 46% du total de la superficie oasienne nationale.

Ces dernières années, plusieurs efforts ont été déployés en vue de promouvoir les infrastructures au niveau de cette région du Royaume qui dispose, actuellement, de trois aéroports  (Errachidia, Ouarzazate et Zagora), ce qui a permis de tirer vers le haut le nombre des dessertes aériennes pour atteindre 18 vols par semaine.

Concernant le transport terrestre, la région a besoin d’efforts supplémentaires pour la construction de nouvelles routes à ajouter à quelque 5400 km de routes déjà existantes.

La région compte également 5 grands barrages et 3 autres en cours de construction, avec des eaux de surface d’un volume estimé à 1.535 milliards de m3, et des eaux pro- fondes (423 millions m3), qui profitent à une superficie irriguée évaluée à quelques 154.000 ha.

Ces infrastructures constituent un atout majeur pour une action prospective, sachant que la région vit actuellement au rythme de la réalisation de plusieurs projets structurants dans la perspective de création de pôles économiques créateurs de richesses au niveau de la région.

Selon le Centre Régional d’Investissement (CRI) de la région Drâa-Tafilalet, l’économie de la région repose essentiellement sur l’agriculture, les produits du terroir, l’énergie, les mines, le tourisme et l’artisanat.

Le secteur agricole est considéré au niveau de la région comme l’une des plus importantes activités économiques génératrices de revenus pour les populations locales car elle repose sur des systèmes écologiques diversifiés.

Ce secteur tire son importance également du fait qu’il est fortement enraciné dans le mode de vie de la population locale, notamment celle installée au niveau des oasis.

Cela tient aussi au fait que la région se distingue par un certain nombre de produits agricoles qu’on ne trouve nullement dans d’autres régions du Maroc, en raison d’un excellent positionnement géographique à l’échelle nationale.

La région a  connu  récemment  le lancement de plusieurs projets et programmes de développement dans différents domaines, entre autres, le Plan Solaire Marocain, et la Stratégie de Développement des Zones Oasiennes.

Dans ce sens, il a été procédé à l’encadrement des agriculteurs en leur fournissant l’appui nécessaire et ce, dans le cadre de la mise en application des dispositions du plan « Maroc Vert », ce qui a permis la plantation et la valorisation d’un nombre important de palmiers-dattiers notamment pour la production d’espèces de dattes spécifiques à la région, en l’occurrence ‘’El Mejhoul’’ considéré, désormais, comme grand levier du développement socio-économique au niveau de la région.

Cela a permis également de favoriser un meilleur investissement dans les nouvelles exploitations de palmiers, tout en encourageant la culture des pommes par la valorisation et la commercialisation du pro- duit avec une superficie plantée de près de 13.500 hectares et une production de 255.000 tonnes par an.

En outre, la superficie plantée en roses aromatiques, qui constitue une composante essentielle des activités agricoles de la région, a atteint 800 hectares avec une production de 2.000 tonnes par an.

Les produits du terroir et forestiers constituent un levier essentiel pour le développement de l’économie sociale dans la région de Drâa-Tafilalet, car ils contribuent, notamment à la production des arômes alimentaires et des plantes aromatiques et médicinales.

Concernant les ressources minières, la région regorge d’importants gisements, à savoir le plomb, le zinc, le bronze, le cuivre, la fluorine, le cobalt, le fer, l’argent, les sables industriels, les roches minérales, la barytine, le gypse, le marbre et le sel.

Considérée comme un important réservoir d’énergies renouvelables, la région de Drâa-Tafilalet est le lieu indiqué du Royaume pour développer ce secteur, à la faveur des conditions environnementales et climatiques qui favorisent la production d’énergies renouvelables, notamment l’énergie solaire.

Ce nouveau secteur constitue une importante locomotive pour la promotion de la région et contribue à une transformation radicale de l’économie régionale par l’injection d’énormes investissements structurés et la création de forte valeur ajoutée, ce qui fera de ce secteur l’un des piliers de l’économie verte au Maroc.

En effet, la région abrite de grands projets dédiés à l’énergie solaire, à savoir Noor Ouarzazate, Noor 1, Noor 2, Noor 3, Noor 4 (583 mégawatts (MW)), le Complexe solaire de Noor-Midelt (580 MW), les Centrales solaires Noor Tafilalet (Erfoud et Zagora : 80 MW), la station solaire Noor Atlas Boudnib (25 MW) et le parc éolien de Midelt (180 MW).

La région qui a émergé en tant que pôle national des énergies renouvelables, est dotée aussi de sites touristiques de renommée internationale (Merzouga) et de sites naturels uniques composés de montagnes, gorges, oasis et dunes de sable.

Le secteur cinématographique ne cesse de poursuivre lui aussi son essor dans la région avec des studios, notamment à Ouarzazate, qui ont permis à Drâa-Tafilalet de devenir un pôle cinématographique attractif pour des productions internationales.

La spécificité architecturale de la région contribue à valoriser le pro- duit touristique culturel étant donné que la région est célèbre pour son art architectural unique issu de la remarquable adaptation des habitants avec la rigueur climatique qu’illustrent les palais, les kasbahs et le judicieux système de gestion des eaux «khettaras».

L’industrie artisanale de la région est née de l’interaction des populations avec l’environnement local qui se traduit aussi dans les arts et la musique.

Selon des statistiques, la région est dotée d’une structure d’accueil touristique de 552 unités ayant permis en 2017 d’attirer près de 400.000 touristes (550.000 nuitées en 2017).