Errachidia : rencontre sur l’accompagnement des femmes victimes de violence

Une rencontre sur les politiques publiques en matière d’accompagnement des femmes victimes de violence a été organisée, jeudi à Errachidia, à l’initiative de l’Association troisième millénaire pour le développement de l’action associative du sud-est (ATMDAS).

Organisée avec l’appui du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) au Maroc et en coordination avec la Commission régionale des droits de l’Homme (CRDH) Drâa-Tafilalet, cette journée d’étude a été marquée par la participation de responsables, d’enseignants universitaires, d’experts et d’acteurs de la société civile.

Ce rendez-vous avait pour objet d’engager un débat sur plusieurs problématiques liées au phénomène de la violence à l’égard des femmes basée sur le genre social, ainsi qu’aux politiques publiques relatives à la prise en charge des femmes victimes de violence.

Les organisateurs entendent, à travers cet événement, contribuer à la mobilisation des acteurs concernés, dans le but de renforcer la conscientisation quant à l’ampleur de ce phénomène et aux moyens pour l’endiguer.

A cette occasion, des exposés ont été présentés sur « la lutte contre la violence faite aux femmes dans le domaine des droits de l’Homme », « la lutte contre la violence à l’égard des femmes sur plan juridique », « le rôle des cellules locales et régionales de prise en charge des femmes et des enfants victimes de violence » et « les politiques publiques en matière de protection des femmes contre la violence ».

L’accent a été mis sur la protection juridique dont peut bénéficier la femme victime de violence, aussi bien à travers les cellules d’écoute et d’orientation des femmes victimes de violence que de la loi 103-13 relative à la lutte contre la violence à l’égard des femmes.

Les participants ont ainsi appelé à renforcer l’arsenal juridique national en la matière, consolider les droits des femmes et combattre toutes les formes de violence ou de discrimination dont elles pourraient faire l’objet.

Cette rencontre a permis de se pencher sur plusieurs aspects sociaux, culturels et juridiques liés au phénomène de la violence à l’égard des femmes et à la prise en charge de cette catégorie.

L’organisation de cette journée s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du rôle constitutionnel de la société civile, en tant que force de proposition et acteur influent en matière d’élaboration et de suivi des politiques publiques dans les différents domaines.