Conférence sur les mécanismes de prévention de la traite humaine

Une conférence sur le thème « moyens et mécanismes de prévention de la traite des êtres humains » a été organisée vendredi à Errachidia à l’initiative de l’Instance nationale des droits de l’Homme.

Organisée en partenariat avec le ministère de la Justice et en collaboration avec le Centre régional des métiers de l’éducation et de la formation et la Commission régionale des droits de l’Homme, cette rencontre avait pour objet de mettre en exergue l’importance du Protocole additionnel à la Convention contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants.

Elle a été axée, en outre, sur les rôles des mécanismes nationaux de prévention de la traite des personnes, ainsi que sur les efforts déployés et les approches de l’Etat pour combattre ce phénomène et contribuer au renforcement des capacités des acteurs concernés notamment en matière d’accompagnement des victimes.

« Les efforts du ministère public pour la lutte contre la traite des personnes », « lecture dans la loi n° 27-14 relative à la lutte contre la traite des êtres humains » et « le rôle des centres de formation et des établissements de l’enseignement en matière de sensibilisation à ce phénomène » sont les principaux sujets abordés à cette occasion.

Intervenant lors de cette conférence, le coordinateur régional de l’Instance nationale des droits de l’Homme à Drâa-Tafilalet, Saleh El Feriadi, a souligné que cette rencontre intervient dans le cadre de la mise en œuvre d’un accord de partenariat conclu avec le ministère de la Justice, ainsi que du projet d’appui aux efforts du gouvernement dans le domaine de sensibilisation et de prévention de la traite des êtres humains.

Il a relevé que ce rendez-vous réunit des acteurs régionaux, nationaux et éducatifs pour se pencher sur cette problématique et sur la contribution des établissements scolaires et des centres de formation aux efforts de sensibilisation et de lutte contre ce phénomène.

Pour sa part, le directeur du Centre régional des métiers de l’éducation et de la formation, Youssef Afri, a relevé que cette conférence intervient dans le cadre de l’ouverture du centre sur les différents acteurs concernés par la culture des droits de l’Homme.

Le directeur de l’Académie régionale de l’éducation et de la formation (AREF) de Drâa-Tafilalet, Ali Berrad, a estimé que la traite des êtres humains est un phénomène compliqué aux multiples dimensions, précisant que cela rend plus difficile la tâche de le combatte.

Il a noté que les lois et mécanismes institutionnels ne sont pas suffisants pour éradiquer ce phénomène, soulignant la nécessité d’adopter une approche globale, incluant le volet éducatif, en matière de lutte et de prévention de la traite des personnes.