Conférence sur le patrimoine matériel et immatériel des oasis de Drâa

Une conférence régionale ayant pour thème « mémoire des oasis : patrimoine matériel et immatériel de la région de Drâa-Tafilalet » a été organisée, vendredi à Errachidia, à l’initiative de la Commission régionale des droits de l’Homme (CRDH).

Cette rencontre, qui a connu la participation d’universitaires et de chercheurs en patrimoine, avait pour objet de se pencher sur une approche intégrée des problématiques de l’espace oasien riche et en même temps fragile, en se basant sur le principe des droits de l’Homme et en associant à cette tâche l’ensemble des acteurs concernés par la préservation du patrimoine naturel et culturel des oasis.

Intervenant à cette occasion, la présidente de la CRDH, Fatima Aarach, a souligné que Drâa-Tafilalet est une région à dominance oasienne, faisant savoir que la superficie de ses oasis représente 46 % de celle du total de ces espaces naturels existant au niveau national.

Les oasis de Drâa-Tafilalet recèlent un patrimoine naturel et culturel matériel et immatériel riche et varié, a-t-elle noté, ajoutant qu’il s’agit d’une région avec une histoire millénaire et une mémoire collective aux multiples affluents, qui requièrent d’être valorisées et préservées, conformément aux législations internationales et lois nationales.

« La situation préoccupante des oasis depuis des décennies, comme conséquence des dangers  biologiques qui les guettent, a provoqué une détérioration du patrimoine naturel oasien à cause de la surexploitation des ressources en eaux qui se font de plus en plus rares », a déploré Mme Aarach.

Elle a fait observer que les espaces oasiens possèdent des potentialités naturelles, humaines et patrimoniales importantes capables de créer, en cas de valorisation, une dynamique de développement local à même de préserver et de promouvoir cet écosystème fragile.

La présidente de la CRDH a rappelé que le Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) avait présenté les axes d’une stratégie visant à faire des droits et libertés des éléments essentiels du droit au développement, en les plaçant au centre des choix stratégiques du Maroc.

Pour sa part, Asmae Ameziane, a souligné, au nom de la Direction régionale de la Culture de Drâa-Tafilalet, que cette conférence intervient dans le sillage du Mois du Patrimoine, qui s’étend entre la Journée internationale des monuments et des sites, célébrée le 18 avril, jusqu’à celle des Musées, fêtée le 18 mai.

Mme Ameziane, qui est conservatrice régionale du patrimoine culturel à Drâa-Tafilalet, a relevé que le riche patrimoine historique matériel et immatériel des oasis de la région mérite d’être valorisé et sauvegardé.

Said Karimi, enseignant-chercheur à la Faculté Polydisciplinaire d’Errachidia, a souligné que les oasis et leur patrimoine doivent faire l’objet de davantage d’études et de recherches sur le plan universitaire, mettant l’accent sur l’importance matérielle et immatérielle des grands espaces oasiens de la région de Drâa-Tafilalet.

« Le patrimoine immatériel de Drâa-Tafilalet : aspects culturels et civilisationnels », « la valorisation des oasis à travers les plans de l’Agence Nationale pour le Développement des Zones Oasiennes et de l’Arganier (ANDZOA) », « les Ksours et les Kasbahs de la région, des espaces de la mémoire collective de Drâa-Tafilalet » et « gouvernance oasienne et préservation de la biodiversité » sont les sous-thèmes traités lors de cette rencontre.